• Ah çà le gilet d'homme, le petit veston, le gilet sans manches on en nous a parlé, reparlé, saoulé, resaoulé. Le gilet, il nous est sorti par les yeux. Personellement, je n'ai pas vraiment le modèle un peu androgyne sur les bords à qui va comme un gant le petit gilet. Sur moi, çà fait un peu serveuse à l'Entrecôte.

    D'un autre côté, triste je n'étais point, vu que pour moi, le gilet d'homme çà ressemblait à çà.

     

     


    N'en déplaise aux aficionadas de Victoria, ce n'est point ma cup of tea.

    Et puis bon, un jour béni, le gilet est devenu clouté, plein de strass et de trucs-muche qui brillent au soleil, et C EST BIZARRE mais çà a commencé à m'intéresser.

    Défilé été 08 Etro

    Pas mal.

    Puis, le choc frontal.

    Photos Vogue.
    Je crois que je n'ai pas besoin de préciser à quel point dès que la Moss touche une fringue, elle devient une obsession pour la populasse.



    Et puis Betty de l'excellent blog de Betty a trouvé çà pas mal, les gilets qui brillent, elle aussi :


    Version Paillettes

    Version Clous.

     

    A partir de ce moment-là c'est devenu plus compliqué... Surtout que le dernier gilet, version clous donc (on suit) provient de la marque qui m'énerve tant elle comprend tout ce qui me fait envie et marque des prix de plus en plus dingue pour surtout pas que je puisse les acheter, j'ai nommé Sandro. Gilet = 160 euros. Ahem.

    Sandro, niveau gilets qui brillent au soleil, ils ont bien donné.

    Voila, celui qu'on a vu sur Betty
    Et ces putains de chaussures dont j'ai cherché PARTOUT un modèle qui ressemble, sans succès.

    Et puis celui là, version perles baguettes, très beau.
    (aucun commentaire à propos des putains de chaussures à gauche)


    Et PAF, rebelotte cet été. Mais cette fois-ci en version "Marie, ého Marie, regarde le gilet, c'est beau hein? T'as vu les petits oiseaux? C'est 165 euros."

    OK, on y voit rien. Mais aujourd'hui je l'ai vu en vrai à la boutique, je l'ai même touché avec mes doigts.

    Attends j'ai trouvé plus gros mais on voit plus comment il est coupé en bas.

    On voit mieux n'est-ce pas?

    Bref. Je vais pas dire que j'ai envie d'aller me pendre, je me repeterais et c'est pas mon genre.



     


    votre commentaire
  • Biensur, il y a Kate Moss et Kirsten Dunst, ou encore Heidi Klum et Keira Knighteley, ou même Mischa Barton et Milla Jovovich (ma favourite, qui déconne parfois, et c'est pour çà que je l'aime, parce qu'elle déconne) Toutes ces nanas incroyables auxquelles on a (je crois hein) fini par abandonner l'idée de leur ressembler. Voilà c'est enterré, on y pensait plus. Ben non, la robe bustier-boule-violet-cardinal-avec-style-des-grosses-flowers-sur-les-seins ou le slim gris pâle + les low boots à franges plates et caramel, çà marche pas sur la majorité des mortelles. C'est moche même. Limite on te balancerait des cailloux.

    Et puis bon, on a arrêté de bruler un cierge chaque jour devant les photos de ces prêtresses du stayle et on a même fini par se convaincre qu'on était pas si mal fringuée que çà, après tout.
    Tout allait bien.
    Et puis Alexa a débarqué. Et nous a rapellé au passage qu'on était vraiment fringué comme une grosse vache, une plouck, limite un touriste belge, manquait plus que les sandalettes et les chaussettes Nike blanches. Sympa Alexa.

    Voilà, bon là rien d'exceptionnel, à part la toute petite différence entre Alexa et Bibi :
    en veston fermé, petite chemisette et jean, Bibi ressemble à une truite en barman.


    La chaussette haute, les derbyes talonnées-vernies, le manteau à boutons dorés (important, les boutons dorés) et le sac de rêve (et le collier cheval)


    Alors là c'est incroyable, on dirait Marie-Antoinette en crado. C'est incroyable.




    Alors là, t'as la même paire de pompes crade parfaite, mais surtout t'as le blazer noir à col rouge que si toi tu le mets, tout le monde te dit, dépité : "mais pourquoi t'as mis çà?"


    Dans le style "pourquoi t'as mis çà?" ou "t'as perdu un pari?" on a le manteau à carreaux et les mocassins vernis. Sur Alexa çà passe (on la photographie même) Sur Bibi, çà casse.



    Ah ben TIENS, UN MANTEAU PANTHERE. (la pute)



    Alors, je préviens, là c'est le choc :

    ...



    C'est quoi ces boots DE OUF? Nan mais oh! Tu nous les brises Alexa.



    Nan mais attends, attends, elle en a d'autres paires. Et puis le coup du trench beige-british parfait, je prends çà comme une attaque personelle.
    (Et les trucs qui pendouillent au sac aussi)


    C'est con n'est-ce pas? Tellement con que çà ne m'aurait JAMAIS effleuré l'esprit.





    Voilà, le perfecto de malade. Que même si tu mets une robe de mamie avec un caniche en macramé dessous t'as l'air d'être une rockstar girlfriend (ou pas)
    (et puis les lunettes de malade de la deuxieme photo, qui te font un visage que tous les mecs environnants ont envie de t'embrasser comme dans Autant en emporte le vent)


    Et puis sinon, niveau colliers, sautoirs et autres quincaillerie, Alexa elle donne un peu envie de se pendre.




    Voilà merci Alexa. J'ai rien à me mettre.


    votre commentaire
  • Alors biensur, parmi les défilés extra, il y a Gucci. Et puis il y a Dries Van Noten.



    Ou comment porter le pantalon un peu sarouel, un peu carrot (enfin le pantalon qui degouline un peu n'est ce pas) sans avoir l'air d'une grosse nouille.



    Nan mais biensur après si on me met du doré... du manteau doré EN PLUS. C'est dur.



    Après, comme si on en avait pas eu assez, du doré (en manteau) PLUS DE LA RAYURE. Dries, c'est trop dur.

    Et là, pour finir, the silhouette qui tue. LA silhouette qui m'obsède depuis CA:


    Bottega Veneta, été 2005
    La féminité absolue



    LA silhouette que je tente de créer tous les étés depuis des années : le pull en V A LA CON (un peu trop grand aussi, style j'ai pas vu que je suis à poil d'une épaule, et de limite un sein entier) + la jupette qui pète à mort (biensur, Dries, il me la fout en doré + paillettes.)

    Voila, merci Dries. Je vais aller me pendre.


    Par la suite, après le chic, il faut de la pouff. De la pouff mega-sapée n'est ce pas. De la pouff qu'on a envie d'assassiner sauvagement dans son jaccuzzi pour lui voler l'integralité de sa garde robe de pouff. On est bien d'accord.

    C'est ainsi qu'arrive Sir Matthew Williamsson, aka le roi de la pouff en doré.

    .
    Ah ben je vous avais prévenues, du doré, y'en a.



    Du doré en jupette, avec des fleurs. Multicolores en plus.



    La touche couir, plus-sexy-tu-meurs. Avec de la fleurette. C'est mieux.



    Oh et puis mince, c'est tellement joyeux d'être un peu pouff. J'en ai marre de voir toutes ces nanas en gris, clones les unes des autres! C'est quand même plus sympa de mettre des jupettes dorées, non?

    Non. Bon.

    Et enfin, dans le monde du motif de dingos et du doré, bref, dans l'univers qui me parle, on a le taré Alexander Mc Queen.


    Eh mais attends Alexou, c'est du trench doré là? Oui du trench motif "c'est du bois", ya bien du reflet doré, chipote pas.



    Alors la robe tête de mort dentelle falbala, romantique et rock'n roll, celle-ci tu me la files direct. Et puis les chaussures aussi, t'es gentil.



    Qu'est-que tu me dis Alexou? Que tu veux faire un motif style "c'est du diamant, qui fait kaleidoscope de lumière" ? Ouais mais vas-y fais péter le diam's, çà me parle moi!

    Bref, Alexander, s'il veut bien me faire un colissimo, aucun souci.

     

    Back to you, a vous Cognac-Jay!


    votre commentaire
  • C'est affolant de constater à quel point on est attiré par une gamme d'articles en matière de mode.
    La plus âgée de mes couz n'est attirée que par les couleurs fondues et les coupes très simples et vendrait son ame pour la collection complète d'American Vintage.
    Une de mes amies adore les robes de poupées et pourrait passer sa vie chez Tara Jarmon.

    Je n'ai malheureusement pas la chance d'avoir une gamme de choix aussi certaine. Ou si... dans le sens où je serai irremediablement attirée par le mauvais goût. Je bave devant les vitrines Manoush, debordant de fanfreluches, falbalas, chatons en macramé ou autre bras d'honneur au bon goût. Lachée dans un H&M je vais me précipiter sur les T-shirts inmettables, aux effigies douteuses...




    Celui-là par exemple, quand je l'ai aperçu, mon coeur a bondi.

    Lachée dans un magasin de tissus, entre le tissu chic et noble, d'une belle couleur gris souris et le tissu pour gamin avec des caniches qui jouent à la balle, je vais embarquer le deuxième et me coudre une robe... inmettable.

    Mon pire terrain d'investigation est certainement Zara, où la soie brillante (et chatoyante) s'ajoute à la forme parfaitement bitch et à l'imprimé criard et improbable.







    J'ai tout de même un doute concernant la dernière photo, ce qui est donc très très très mauvais signe concernant le chic de la robe sus-nommée...

    Bien évidemment, il n'y a pas que les robes en soie à imprimés criards et les t-shirts à effigies chelou. Il y a aussi le cuir "python style", la paillette, et la botte à la couleur improbable (doré ou turquoise entre autres... je precise que ces couleurs ne sont pas encore présentes dans mon shoesing-botting mais jusqu'à quand?) la frange, le tye&die, le clou, le strass.

    Enumérés comme çà, c'est alarmant.

    Je finirais sur les bottes (très Isabel Marant, qu'on m'accorde au moins çà...) qui me font littéralement rêver.



    votre commentaire
  • Comme la plupart de la gente féminine, j'ai avalé la saison 1 de Gossip Girl en 2 jours. Comme la plupart des séries, l'histoire m'a vite paru un chouya répetitve. Mais... Je regarde toujours Gossip Girl. Pas pour l'histoire. Serena m'enerve et Chuck m'agace à chuchoter, le regard par en dessous, pour passer pour le mega BG du casting... Mais évidemment, pour les tenues de Serena! Après avoir regardé l'integralité de la saison 1, je n'avais qu'une seule idée en tête : me procurer des f***ing manteaux, f****ing blousons en couir de mega bombasse et jouer la carte de la star en toutes circonstances.

    Well, well, well. Je suis donc partie en mega quête de mega manteau doré (sans ressembler à la pub de Golden Lady, ni à Victoria Silvstedt...)











    Biensur on a Burberry. Forcément....





    En couir. Bien ceinturé là où il faut. Un doré chouette, pas doré pute. Parfait.

    ....

    On oublie.

    Bref, tout çà pour dire que j'ai fini par tomber sur çà.






    Et je l'ai reçu aujourd'hui. Il est merveilleux. Mais improbable.

    Ensuite, mademoiselle Serena me fait l'affront, A MOI, de porter un manteau panthère. En mode grosse-bonasse-sa-mère. J'adore le panthère. Mais sur Serena, çà devient une obsession.




    Serena, tu nous saoules.

    Le problème du manteau en panthère réside, à mon humble avis,dans le fait de ne pas ressembler à la peripateticienne quinqua du voisinnage. Donc un manteau pas forcément en "vrais poils" (je me comprends) et un manteau qui ne fait pas de surepaisseur (ambiance déguisement "gros chat de la savane" pour une soirée deguisée à thème Saga Africa)

    Et j'ai trouvé le Graal.





    Photos de Fanny du blog Playlikeagirl

    Il vient de chez Maje, je l'ai touché de mes mains dans la boutique de la rue du Four à Paris. Il est parfait et de surcroit, j'ai eu la benediction du paternel comme quoi le manteau sus-nommé défonçait grave.


    Bon. Manteau doré : OK. Manteau panthère : OK. Subsiste another problem :

    Comment se ballader dans les rues de Lyon (capitale du Saucisson) sans se faire jeter des cailloux ainsi accoutrée?

    ...


    Fuck les cailloux!!


    votre commentaire